Cisterciennes

Cisterciennes

Cisterciennes

« Voilà bien notre profession : chercher Dieu »
Guillaume de St Thierry,
Cistercien du XIIe siècle.

Le Christ Jésus nous a aimés jusqu’au bout de l’amour… par toute notre vie nous nous mettons à Son école, l’école de l’Amour. Moines du monastère bénédictin de Molesmes, Robert, Albéric, Étienne et leurs compagnons fondent en 1098 le “Nouveau monastère” dans la solitude de Cîteaux en Bourgogne. Dans l’élan d’un souffle nouveau, ils voulaient revenir à la Règle de Benoît, dans la pauvreté et la simplicité, à l’écart du monde.

Grâce à Bernard de Clairvaux et d’autres grands abbés, l’Ordre cistercien se répand en Europe. En 1153 on compte 340 monastères.

« La vie et le labeur de tant de frères et de sœurs ont donné naissance à un patrimoine spirituel solide, qui a trouvé son expression aussi bien dans les écrits, le chant, l’architecture et l’art que dans la saine gestion de leurs domaines » (Constitutions ocso).

Notre vie cistercienne est fondée sur les trois piliers de la Règle de St Benoît : prière liturgique, lectio divina et travail. L’amour de la Parole de Dieu qui devient miroir pour le moine, l’attachement à la personne de Jésus dans son humanité, l’amour filial pour Marie sa mère et notre mère, le goût et la recherche de l’intériorité pour y découvrir une présence cachée et y demeurer dans la douceur de l’amour : voilà en peu de mots les caractéristiques spirituelles de notre vie.

Et tout cela, nous le vivons au coude-à-coude d’une communauté de frères ou de sœurs engagés ensemble pour la vie.

« Lorsque Dieu aime, Il ne veut rien d’autre que d’être aimé, Il n’aime que pour qu’on l’aime sachant que l’amour rendra bienheureux tous ceux qui l’aimeront » Bernard de Clairvaux.

Depuis plus de neuf siècles, moines et moniales cisterciens signent cette charte de l’amour.

 

« Il faut risquer le tout dans les tout petits riens de tous les jours »
Fr Christophe, moine de Tibhirine.

… Venez et voyez !

.